Les oiseaux rêvent aussi

Envoyer moi un petit message pour recevoir le mot de passe ;)

 

Tout au nord de New York, dans les hauteurs de Harlem, se niche le quartier des oiseaux.

Sur les façades, une centaine de fresques subliment les espèces d'oiseaux menacés par le réchauffement climatique.

Mais les habitants du quartier sont, eux, menacés par l'envol des prix.

Un réseau de solidarité locale se met en place pour lutter contre les affres de la gentrification.

dying lIGHT

VERSION NON DÉFINITIVE. EN COURS DE REMONTAGE

En apprenant la mort de Terrence, j'ai voulu explorer le souvenir et la permanence de son image face à l'entropie de nos souvenirs, émoussé par le quotidien, la routine, la répétition des images.

Comment l'image devient le réceptacle de nos souvenirs, se confondant et les réduisant un peu plus, à chaque visionnage, à ce qui a été capturé. C’est pourquoi, j’ai commencé par transposer mon court documentaire sur pellicule 8 mm, un support plus pérenne que des données digitales ou notre mémoire. Nos souvenirs se laissant pollués, transformés, déformés par le support digital, aboutissent dans notre esprit à des sensations, des impressions d'une expérience passée, toujours inspirées de ces madeleines numériques.

La bande son fait écho à l'indécision de Terrence, entre haine et passion pour son pays, et à sa part d'ombre, son passé, incapable de pardonner à son père, incapable d'avancer, replongeant dans l'alcool et ses frustrations, enchainé, incapable "to make up his mind".
Bande son : Remix d’Erol Alkan, rework de "Why won't you make up your mind" de Tame Impala


Terrence and the Peacock

En Inde, j'ai rencontré Terrence, un ovni, un punk sans chien, un marginal à la fois plein de rage envers son pays, sa culture, son système de caste. Et pourtant, il est guide touristique, mais avec pour objectif de faire découvrir le “côté obscur” de Bombay, ne cachant pas son alcoolisme ou sa haine pour son père qui resurgit avec ses vieux démons.

Court documentaire réalisé et monté lors d'un séjour en Inde de 2 mois, en solo.


CORBARA : MAINTENANT ET A JAMAIS

A l’orée de mon mariage, j'ai commencé à être fasciné par le concept de l’engagement. Un horizon rare, une confiance qui dure et perdure, contrairement aux contrats sans engagement qui abondent autour de nous.

Face au mystère, je me suis dit que je me devais de creuser le sujet. Je me suis donc tourné auprès de ceux qui pour moi sont des "fous de l'engagement", des moines qui ont fait un vœux de folie, de signer moralement et personnellement un contrat à vie, de vivre une existence engagée dans leur ordre, consacrés à un seul et unique être (certes divin, ce qui doit pas être des plus faciles).

Direction le monastère de Corbara, en Corse, pour en savoir plus sur leur vision de l'engagement.


Enterre tes morts

Court métrage explorant les conflits intérieurs d’un personnage, tourmenté par le deuil de sa compagne, acculé, avec la violence comme seule voie.

Réalisé et monté avec Lawrence Labeau, avec comme acteurs Andranic Manet et Carmen Bamba.
On remercie, pour leur soutien Louis Beaudouin, Dammarie Le Chatelier et Michaela Lazariou.


L’HARMONICOEUR

"Il était une fois dans l'ouest" est une œuvre d'art, L'homme à l'harmonica est devenu un mythe, Dallas est mythique. Pourquoi ne pas fusionner ces deux univers pour créer du déjà vu : du mythe au carré.
Et si dans ce but dyonisiaque, Sergio avait réalisé un épisode de Dallas, ça aurait pu, peut-être, vaguement ressembler à ça. Qui sait ?
Je n’y étais pas, mais j'ai retrouvé cette vieille VHS dans mon grenier.